Contenu principal

Description du film Ernest et Célestine

Dans le monde conventionnel des ours, il est mal vu de se lier d’amitié avec une souris. Et pourtant, Ernest, gros ours marginal, clown et musicien, va accueillir chez lui la petite Célestine, une orpheline qui a fui le monde souterrain des rongeurs. Ces deux solitaires vont se soutenir et se réconforter, et bousculer ainsi l’ordre établi.

Critiques

L'équipe des photographes, scénaristes, peintres et musiciens maîtrise le tempo des séquences, alterne les péripéties et les accalmies, mesure la subversion et l'émotion attendrie dans un rythme tantôt moderato cantabile, tantôt vertigineux.

Positif

"Ernest et Célestine" vaut bien mieux que le coup d'oeil poli auquel sa joliesse enfantine semblait le destiner. C'est la réussite technique et artistique de l'entreprise qui saisit en premier lieu.

Cahiers du Cinéma

Il est de ces films sans âge, que l'on apprécie de sept à soixante-dix-sept ans, avec un même élan d'amour pour des personnages maladroits, pour un univers enchanteur, pour un propos à la fois naïf et juste. "Ernest et Célestine" est de ceux-là.

Critikat.com