Contenu principal


Retour sur l’actrice Anna Karina, disparue en décembre 2019

et sur l’affiche d’entrevues 2019.
Le beau visage triste d’Anna Karina, égérie de la nouvelle vague, a accompagné la 34ème édition du festival Entrevues. La photo est extraite de “Vivre sa vie” un des 8 films qu’elle a tourné avec Jean-Luc Godard en 1962. On y retrouve aussi André.S.Labarthe, compagnon d’Entrevues auquel nous avons rendu hommage en 2018 et c’est Michel Legrand qui a composé la bande son… Autant de bonnes raisons de (re)voir ce film

> « Vivre sa vie » de Jean-Luc Godard
Voir la bande annonce
Voir le film sur La Cinétek
> « C’était quoi Anna Karina ? » / Émission Blow-Up d’Arte
https://www.arte.tv/fr/videos/
> Anna Karina, actrice
Cinq films cultes qui ont marqué la carrière de l’actrice
https://www.francetvinfo.fr/culture/
> Anna Karina, chanteuse
Une sélection de dix morceaux de l’actrice, également chanteuse…
https://www.lesinrocks.com/

________________________________________

CINÉ – CLASSIC
Une fois par mois le Dimanche à 11h, Cinémas d’aujourd’hui propose une séance “Ciné-Classic”, l’occasion de (re)voir de grands films du patrimoine en version restaurée. La séance débute par un café offert dans le hall, puis une présentation du film en salle.
Retour sur notre dernière séance du dimanche 9 février 2020 et
“E la nave va” de Federico Fellini. Film magnifique … bonheur total !

E LA NAVE VA – Et vogue le navire
de Federico Fellini – 2h08 – Italie
À bord du Gloria N., Fellini joue avec la magie du cinéma. La mer est en plastique, le paquebot en carton pâte et la lumière est artificielle. Son bateau – véritable studio de cinéma flottant – qui symbolise la fin d’un monde, est une ode au cinéma artisanal. Celui de Fellini est d’une beauté mélancolique et magique !
Si vous souhaitez le (re)voir ou en savoir plus
> Bande annonce
> Voir le film sur La Cinétek
BONUS
Extrait / Schubert joué avec des verres en crystal, c’est magique  !
Portrait de Fellini / Arte « Blow-Up », Face à l’Histoire – Federico Fellini
Article sur la genèse du film / Festival-lumiere.org

… et en bonus ++, vous pouvez également (re)découvrir en ligne

QUAND PASSENT LES CIGOGNES

de Mikhail Kalatozov – 1h38 – Union Soviétique

Boris et Veronica, deux jeunes moscovites insouciants et amoureux voient leur idylle bousculée par la guerre. Alors que l’Allemagne nazie s’apprête à envahir la Russie, Boris s’enrôle pour le front. Bouleversée, Veronica manque l’occasion de lui faire ses adieux et impuissante le regarde s’en aller. Sans nouvelle de son amant, la jeune femme finit par céder aux avances de Mark, le cousin opportuniste de Boris. Coincée dans un mariage malheureux, Veronica tente d’oublier son triste sort en prêtant main forte à l’hôpital de Moscou. L’amoureuse éplorée y découvre les atrocités de la guerre et se découvre un destin commun à celui de millions de russes.
En 1958, Quand passent les cigognes obtient la Palme d’Or au Festival de Cannes et connaît un grand succès dans les salles françaises avec 5 millions de spectateurs. Cinq ans après la mort de Staline, ce film témoigne de l’ouverture propre à cette période de « dégel », et dénonce les ravages de la guerre plus qu’il n’exalte les vertus du patriotisme. Un classique à (re)voir !
Voir le film sur La Cinétek

DEAD MAN
de Jim Jarmusch – 2h01 – Allemagne, Japon, USA
Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Bill Blake, jeune comptable en route pour le confins de l’Ouest américain, entreprend un voyage initiatique où il devient malgré lui un hors-la-loi traqué. Blessé, il est recueilli par Nobody, un Amérindien lettré rejeté des siens, qui l’identifie d’emblée à son homonyme défunt, le poète anglais William Blake, et décide de sauver son âme.
Jim Jarmusch fait l’éloge de la lenteur, choisit un rythme et un point de vue purement indiens. Un casting flamboyant et la guitare de Neil Young font de Dead Man un western unique en son genre à (re)découvrir !
Voir le film sur La Cinétek
Voir le film sur Universciné

________________________________________



Invité d’honneur de la 34e édition du festival international du film, Pierre Salvadori est venu à Belfort accompagné de ses collaborateurs artistiques… L’occasion pour le public de (re)découvrir 6 films du réalisateurs et d’aborder les différentes facettes de son travail lors des rencontres Fabbrica…

Entretien avec Pierre Salvadori et Gustave Kervern
Découvrez l’émission Flux4 du samedi 23 novembre 2019 au cinéma Pathé Belfort
> Écouter l’émission

Table ronde : Qu’est ce qu’un film qui compte ?
Qu’est ce qu’un film qui marche ?

Une conférence qui a réunit les cinéastes Catherine Corsini, Pierre Salvadori et Clément Schneider, William Robin, exploitant et Marie Bigorie, distributrice. Animée par Fabienne Hanclot, Déléguée générale de l’ACID.
> Voir la vidéo de la table ronde

Diaporama et bonus vidéo
Retour en images sur ces beaux moments de cinéma !
> Voir le diaporama

________________________________________



Le cinéma d’Agnès Varda a été un fil conducteur pour nous en  2019. La cinéaste est décédée en mars mais son film “Cléo de 5 à 7” étant au programme du Bac nous savions déjà qu’une programmation lui serait dédiée à Entrevues. Nous avons élaboré une programmation autour du film et explorer les archives dans les bureaux de ciné Tamaris, rue Daguerre à Paris pour proposer une exposition destinée aux lycée en option cinéma. 

Travailler autour d’Agnès Varda a été passionnant et nous vous invitons à partager encore quelques moments avec elle.

Villages, collages…
Agnès Varda, cinéaste et plasticienne a été le fil conducteur d’un très beau projet que nous avons mené avec les habitants de Lachapelle sous Rougemont dans le cadre du dispositif Idylle en octobre 2019.
> Découvrez la vidéo du projet ICI
> Retour sur l’événement en images LA

Jacques Demy et Agnès Varda à propos du « Bonheur »

Au dernier festival Entrevues, une programmation autour de “Cléo de 5 à 7” d’Agnès Varda, (film de l’option cinéma en lycée en 2019 ) nous a permis de (re)voir quelques uns de ses films dont “Le Bonheur” dont elle parle avec Jacques Demy dans l’interview ci-dessous.
https://www.ina.fr

La leçon de cinéma d’Agnès Varda
Le 20 janvier 2019, Agnès Varda donnait une leçon de cinéma à l’issue de la projection des Glaneurs et la glaneuse à la Cinémathèque française.
> voir la vidéo ici Agnès Varda par Agnès Varda, une leçon de cinéma

Rareté

– Le 7 avril dernier, la Cinémathèque américaine a mis en ligne un court-métrage rare d’Agnès Varda datant de 2008.
> Découvrez « La petite histoire de Gwen la Bretonne« 

________________________________________



Retour sur la soirée rencontre autour de
Toutes les vies de Kojin de Diako Yazdani
(en compétition lors de la 34e édition d’Entrevues)

Kurde iranien et réfugié politique en France, le réalisateur retourne au Kurdistan irakien où il a grandi. Il présente à sa famille issue de la classe moyenne et très pieuse, Kojin, un jeune homosexuel de 23 ans. C’est l’occasion de confronter les points de vue et de dresser le portrait de cette société où il semble que l’homosexualité n’existe pas.
(voir la bande annonce du film)

Interview de Diako Yazdani dans nos bureaux lors de sa venue à Belfort ICI
réalisée par Ophélie Wetter
Article sur le film paru dans le journal du festival Entrevues 2019
rédigé par Christophe Ottelo

DES NOUVELLES DE KOJIN
Une cagnotte Leetchi avait été lancée par Diako pour venir en aide à Kojin afin de lui permette de sortir de la situation extrêmement difficile dans laquelle il est depuis deux ans et demi au sein d’un centre de réfugiés LGBTQ en Allemagne.
Vous avez été nombreux à faire un don aussi l’argent récolté a permis à Kojin de trouver un bon avocat et sera également être utile pour d’autres réfugiés… Un grand merci !

________________________________________



Retour sur la soirée débat autour
d’Une Joie secrète de Jérôme Cassou

Rencontre inoubliable avec Nadia Vadori-Gauthier qui depuis le 14 janvier 2015 mène un projet de résistance avec Une minute de danse par jour

Souvenirs de la soirée

minute du 8 octobre au cinéma
https://vimeo.com/365175348
minute du 9 octobre à la gare TGV avec Eric Lamoureux
https://vimeo.com/365177767
et pendant le confinement Nadia continue de danser
« voir les danses »