Contenu principal

Description du film La Fontaine fait son cinéma

La Fontaine fait son cinéma est un nouveau programme de La Chouette du cinéma. Cette fois, La Chouette du cinéma est partie récolter six courts métrages en forme de fables, de petites histoires, avec des animaux, qui contiennent une leçon de vie.

Séances VF


  • 14h55
  • 14h50
  • 14h55
  • 14h55
  • 14h55
  • 14h55
  • 14h55

Critiques

La Fontaine fait son cinéma, Le Corbeau et le Renard nous entraîne sur un plateau de tournage, au moment justement où La Fontaine commence à tourner sa plus célèbre fable : Le Corbeau et le Renard. Les deux comédiens sont prêts. Clap de début de prise. Mais d’ailleurs, à quoi sert ce clap ?
Qui s’adresse ainsi aux comédiens en leur donnant des directives ? Et qui sont ce script, cet accessoiriste et ce régisseur dont on entend hors champ les commentaires ? La Fontaine parviendra-t-il à tourner sa fable alors que les plans ratés s’enchaînent irrémédiablement ? Est-ce lui qui ne sait pas s’y prendre ? Ou son équipe n’est-elle composée que de bras-cassés ? Petite leçon de cinéma, La Fontaine fait son cinéma, Le Corbeau et le Renard détourne les codes du genre, et nous offre au passage une adaptation délirante, hilarante et très personnelle de la plus célèbre des fables de La Fontaine.

LE CORBEAU ET LE RENARD - 6'14 - couleur

Monsieur de La Fontaine a décidé de s’intéresser à la rainette de nos étangs. Il la décrit un peu prétentieuse et jalouse. C’est vrai qu’elle est jolie,
mais du côté de l’intelligence… autant en rire !
Le scénariste Arnaud Demuynck s’amuse à détourner les codes d’un genre cinématographique très connu du grand public, et le réalisateur Pascal
Adant s’en donne à coeur joie pour épingler avec humour le ridicule de ses personnages. Le tout nous plonge dans l’univers du cinéma documentaire
avec ses commentaires typiques sur le règne animal. Le pastiche fonctionne à merveille, les commentaires sont rigoureusement et scientifiquement exacts, et la forme digne des plus grands documentaires animaliers…

LA GRENOUILLE QUI VEUT SE FAIRE AUSSI GROSSE QUE LE BOEUF - 6' - couleur

La Loi du plus fort met en scène de façon allégorique les rapports de force qui s’installent dans toute communauté : du petit ouistiti au babouin balourd jusqu’au gorille impressionnant. Le plus petit va devoir faire preuve d’une grande débrouillardise, doublée d’un immense culot pour arriver à ses fins : manger la belle banane qu’il a trouvée, et que convoitent évidemment les plus gros que lui.
La loi du plus fort est-elle toujours la meilleure ? Avec une belle adresse, le petit ouistiti parvient non seulement à son but, mais en plus, en réunissant toutes les forces, il leur permet à tous les trois de manger. Comme quoi faire fonctionner sa ruse et son intelligence se révèle bénéfique pour tous !

LA LOI DU PLUS FORT - 6'06 - couleur

“Chez moi il fait froid et j’ai les pieds gelés, y’a pas de soleil et je ne peux pas bronzer” se répète en boucle le petit pingouin qui trouve que le pôle Nord c’est bien trop froid pour lui. Il s’en va donc voir si “l’herbe est plus verte ailleurs”… Toutes les bonnes histoires, même en chanson, ont un secret à découvrir. C’est leur trésor, et c’est pour cela qu’on les aime tant !
C’est donc en musique que se conclut le programme La Fontaine fait son cinéma. Car une fable peut tout à fait prendre la forme d’une chanson !
Et celle-ci, composée par Marie Henchoz (Sautecroche – Éditions LEP), et chantée par une chorale d’enfants d’une école bruxelloise, donne irrésistiblement envie de bouger et de chanter en choeur !

LE PINGOUIN - 5' - couleur

Rumeurs s’inspire d’une ancienne fable tibétaine qui marie dans son récit sagesse et humour. C’est une histoire simple, universelle et accessible, qui traduit de façon très amusante une sagesse philosophique qui tient à coeur au réalisateur. Dans cette jungle tranquille, des animaux prennent peur, cèdent à la panique les uns après les autres, et sous l’effet de la rumeur, se comportent de manière totalement stupide. Derrière le côté enfantin de l’histoire et son traitement à la
Tex Avery – un dessin au trait animé en 2D, des décors peints – Rumeurs ridiculise l’esprit grégaire de tout groupe, animal ou humain.

RUMEURS - 7'30 - couleur

Vitesse, absurde et cruauté : telle pourrait être la devise des Fables en délire de Fabrice Luang-Vija. La Poule, l’Éléphant et le Serpent est le treizième épisode d’une série initiée en 2001 où des animaux d’univers différents (ferme, forêt, jungle ou désert) se confrontent, se poursuivent et règlent allégrement leurs comptes.
Fabrice Luang-Vija se permet les délires les plus enfantins, les plus inattendus et souvent les plus rocambolesques, dans un ton et une esthétique délibérément cartoon. Multipliant les clins d’oeil musicaux, Fabrice Luang-Vija veut mêler cartoon et poésie, délire et tendresse, humour et cocasserie.
Et s’ils se bagarrent tout le temps, ces animaux ne sont pas moins capables, à l’occasion, d’un peu de solidarité et de tendresse…

LA POULE, L'ELEPHANT ET LE SERPENT - 4'41 - couleur