Contenu principal

Description du film Une Famille heureuse

Au matin de ses 52 ans, Manana, qui est professeur de littérature, fait grise mine dans l'appartement où elle vit avec son envahissante mère Lamara qui régente l'organisation, son quasi mutique père Otar, son époux Soso, son fils de 20 ans Lasha rivé à son ordinateur et sa fille de 23 ans Nino, jeune mariée habitant sous le toit familial avec l'étudiant Vakho. Mais rien n'y fait, "les gens viendront quand même" et Manana subit le rituel animé d'une soirée effervescente d'anniversaire, bouquet de fleurs, alcools et chanson en prime. Mais comme elle refuse de participer, ne concédant qu'une apparition, son mari lui fait des reproches : "mais qu'est-ce qui t'arrive ? Quelqu'un est mort ?

Séances VOST


  • 17h30
  • 20h00
  • 17h30
  • 20h00
  • 17h40
  • 20h10
  • 17h35
  • 20h05
  • 17h35
  • 20h05
  • 14h30
  • 17h15
  • 20h05
  • 14h50
  • 17h20
  • 19h55

Critiques

Petit film fort sympathique, qui ouvre la porte à de nombreuses questions liées au couple, à la vie familiale, au célibat, à la norme et à la prise de risque de vivre à contre courant des traditions.

Cinémas d'aujourd'hui

"Une famille heureuse", bel euphémisme, est le portrait sensible d’une mère courage, d’une femme au bord de la crise de nerfs, qui réapprend le bonheur de respirer, de lire, d’écouter de la musique et de contempler, depuis son balcon, le houppier des arbres, au printemps.

Le Nouvel Observateur

Nana Ekvtimishvili et Simon Gross poursuivent leur collaboration pour un premier long métrage qui éclaire le parcours d’une femme en mouvement vers sa liberté dans la Géorgie patriarcale. Lumières subtiles.

L'Humanité

Un second long métrage en duo, subtil et beau.

Libération